ゆるキャラ – les « Yurukyara » ou « Mascottes » du Japon (1)


De ゆる « yurui » « mou » et キャラ « kyara » l’abréviation pour キャラクター « kyarakutā » (characters) « personnages » ; littéralement « les personnages mous ou en mousse », autrement dit « les mascottes ».

En France, comme ailleurs, il est courant de voir certains logos qui arborent des animaux ou de drôles de personnages pour les représenter ; on trouve également des mascottes pour les équipes de football… et bien au Japon vous multipliez ça par le nombre de villes ou d’institutions et vous avez le compte de tous les « Yurukyara » qui existent sur l’archipel.

[…]  » les « Yurukyara » plongent les Japonais, quel que soit leur âge, dans un état d’euphorie qui a quelque chose de confondant. Elles sont devenues un support de communication indispensable pour assurer la promotion d’une localité, une destination touristique, une spécialité locale, une crème de beauté ou un producteur de saké. Même la sinistre prison d’Asahikawa y a droit : « Katakkurichan », haute de 2 mètres avec un visage aussi enfantin qu’inexpressif couronné d’une énorme fleur mauve, accueille les détenus » […]

asahikawa_prison_mascot-640x478

jun_miura[…] « Ces personnages que les Japonais trouvent irrésistibles sont régis par un code qu’a défini 三浦純 « Jun Miura », un dessinateur de manga. Ils doivent être enracinés dans leur terroir, épouser des formes naïves et susciter une empathie démonstrative car ils sont là pour qu’on les serre dans ses bras » […]

(Extraits du Magazine du Monde du 29.12.2015 et mis à jour le 04.01.2016).

Vous voyez, le phénomène est si important et connu, qu’il lui vaut un article dans « Le Monde ».

Bien-sûr, la liste n’est pas exhaustive, sinon il faudrait y consacrer plus d’une page, mais certains sites ont recensé pas moins de 350 personnages tous confondus (vous pourrez en voir la vidéo). Un concours du meilleur « Yurukyara » existe d’ailleurs chaque novembre au Japon. Parmi les préférés et les plus célèbres existent :

kumamon_3-640x4201) クマモン « KUMAMON » de la préfecture de 熊本県 « Kumamoto », qui comme son nom l’indique est représenté comme un gros nounours noir avec des joues rouges et un air totalement « kawai », bien différent de son homologue de la province de Yubari à Hokkaido, « MERONKUMA » qui effraie les petits enfants quand ils le voient. Kumamon est si célèbre qu’il possède sa propre page « Facebook » ;

 

Sento-kun32) セントくん « SENTOKUN » de 奈良 « Nara », qui ressemble à un moine bouddhiste poupon, affublé de cornes de cerf (allez donc savoir pourquoi ? Sans doute une légende locale), d’une écharpe bicolore, pourpre au liserai doré, d’une ceinture blanche et d’un pantalon bleu et orné de différents bracelets autour des épaules, des poignets et des chevilles ;

 

 

 

 

hikonyan-640x4803) ヒコニャン « HIKONYAN » de 彦根 « Hikone », un chat tout blanc, qui porte un casque de samouraï rouge muni de cornes jaunes et une clochette autour du cou ;

 

 

 

648x415_doraemon-personnages-plus-populaires-animation-japonaise-ambassadeur-candidature-victorieuse-tokyo-organisation-jeux-olympiques-2020sans oublier les plus connus de tous au Japon :
4) ドラエモン « DOREAMON », un gros chat robot de couleur bleue, avec lui aussi son collier avec sa petite clochette et son incroyable « poche kangourou » d’où il peut sortir n’importe quel objet venant du futur. Contrairement aux autres « Mascottes », Doreamon est issu d’un manga pour petits (kodomo) et a fait l’objet d’une adaptation pour la télévision japonaise ;

ZW0009A008S0055e634d6789a68.69676433_12805) ミッフィー « MIFFY », une petite lapine toute blanche, avec deux grandes oreilles, des petits yeux ronds et une croix en guise de bouche, portant pull ou robe de toutes les couleurs. Là aussi cela peut paraître bizarre, mais Miffy est en réalité néerlandaise et son vrai nom est « nijntje » qui signifie « lapin », c’est parce que c’est très difficile à prononcer pour un étranger et d’autant plus pour un Japonais que son nom est devenu « Miffy » ;

sipa_ap21601554_000001

et 6) ハローキティ « HELLO KITTY », une ravissante petite chatte toute blanche avec un ravissant nœud rose à petits pois autour de l’oreille gauche, elle aussi créée dans un manga réservé pour les petits et adapté pour la télévision japonaise. Hello Kitty représente le « kawai » au Japon et s’exporte dans le monde entier.

Larkanj

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *