Temples japonais : formation et signification de leurs noms


Les temples au Japon sont sans conteste l’une des étapes clés des circuits touristiques empruntés par les millions de touristes qui visitent ce pays chaque année. À Kyoto tout particulièrement, les temples et les sanctuaires se comptent par plusieurs centaines. Il faut savoir que ce sont 17 sites de cette merveilleuse ville forte d’une identité et d’une tradition millénaire qui comptent aujourd’hui au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au Japon, les sanctuaires le disputent aux temples, même si ces derniers l’emportent largement dans la ville de Kyoto avec plus de 1600 temples contre un peu plus de 400 sanctuaires.

Pour ceux qui n’y connaissent pas grand-chose aux différences architecturales ou religieuses qui existent entre un temple et un sanctuaire, ces deux types de monuments peuvent se distinguer par leurs noms. On reconnaît en effet les sanctuaires Shinto aux différents suffixes que comportent leurs noms : –jinja, –jingu, ou encore –taisha. Mais intéressons-nous aux temples, monuments de la religion bouddhiste.
Les noms des temples se terminent en –dera, en –ji, ou en –in. Le nom d’un temple est en général composé de 3 parties distinctes.

• La toute première est appelée sangō : c’est le nom de montagne ;
• La deuxième partie du nom est le ingō, ou nom de cloître ;
• La troisième enfin est le nom du temple : c’est le san’in-jigō.

Les temples japonais ont aussi parfois des noms officieux très populaires et qui peuvent avoir pour origine des caractéristiques particulières relatives au temple par exemple ou à sa structure, ou encore à son histoire.

Selon Wikipedia, il existe plus de 77000 temples au Japon. Découvrez cinq noms de temples du Japon, issus du site Tresorsdumonde, parmi les plus populaires :

Le Ginkaku-ji (銀閣寺) ou le pavillon d’argent à Kyoto

image02

Le Ginkaku-ji se trouve au nord-est de Kyoto, dans le quartier de Higashiyama. Ce temple bouddhiste ne tient pas son nom prometteur des matériaux qui entrent dans sa construction. Il est fait en bois laqué et est entouré d’un très beau jardin sec, ainsi que d’un jardin japonais de mousses et d’une allée de bambous.

Le Kinkaku-ji (金閣寺), ou pavillon d’or de Kyoto

image04

Le nom officiel de ce temple est Rokuon-ji. Cependant , il reste bien plus connu sous l’appellation de pavillon d’or. Le Kinkaku-Ji doit ce nom à ses magnifiques façades qui sont couvertes de feuilles d’or. Il faut savoir que ce temple est inscrit au Patrimoine de l’UNESCO. C’est de fait, l’un des temples les plus visités de tout Kyoto.

Le Byodo-in(平等院) ou temple du phoenix

image03

Le temple du phoenix a été construit en 998 pour servir de résidence à un politicien japonais, puis a été transformé en temple 54 années plus tard. Il doit ce nom à sa structure dont les formes évoquent les ailes de cet oiseau de légende. C’est un magnifique bâtiment plein d’originalité qui figure d’ailleurs à l’envers des pièces de 10¥. Le temple du Byodo-in porte aussi sur son toit deux statues représentant le phoenix.

Le Senso-ji (浅草寺), le temple rutilant d’Asakusa

image01

Le Senso-Ji est le temple le plus vieux de Tokyo. Il se trouve sur les bords de la rivière Sumida et présente aux touristes de magnifiques couleurs flamboyantes. Ce temple se présente comme l’un des lieux touristiques préférés de la capitale. On y retrouve des hordes de visiteurs qui viennent admirer le vieux temple.

Le Shoren-in (青蓮院) ou temple du Lotus bleu

image00

Le Shoren-in ou littéralement « temple du Lotus bleu » est célèbre pour ses camphriers qui sont âgés de plusieurs siècles. C’est un endroit plein de sérénité. Le temple du Lotus bleu est le préféré de certains touristes en raison du calme relatif qui y règne par rapport à d’autres temples plus visités.

保存

保存

保存

保存

保存


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *