Kanji : les cinq clés élémentaires


Découvrons ensemble les 6 clés élémentaires des kanjis

Contrairement aux autres pays, les pays asiatiques, essentiellement la Chine et donc le Japon qui s’est emparé de leur écriture kanji, les éléments naturels sont au nombre de 5 : il y a l’air, la terre, l’eau, le feu et ils rajoutent l’élément « métal » ou « or ».

Voici les « clés » qui permettent d’identifier ces éléments :

clésjap2

Larkanj

[note de l’éditeur]

Pour en savoir plus sur les éléments :

Il faut avant tout se rappeler que les kanjis ont été emprunté à la chine.

On constate ainsi que 4 de ces 5 clés élémentaires correspondent aux wuxing (chinois simplifié : 五行 ; pinyin : wǔxíng) ou Cinq Phases : bois, feu, terre, métal et eau.

Ces cinq éléments constituent un concept important de la cosmologie chinoise traditionnelles.

Les cinq éléments sont mentionnés dans la langue selon l’ordre :

  • « métal »
  • « bois »
  • « eau »
  • « feu »
  • « terre »

D’ailleurs est aussi une des clés les plus présentes dans les kanjis.

Les éléments du wuxing  sont connus au Japon sous le nom de gogyō (五行). Le concept des gogyô est souvent opposé aux cinq éléments de la culture traditionnelle japonaise : le godai (五大, Cinq grands).

Le godai est culturellement inspiré de la version bouddhiste du concept des éléments.

Les cinq éléments du godai sont, par ordre croissant de puissance, chi (, Terre), sui ou mizu (, Eau), ka ou hi (, Feu), ou kaze (, Vent) et (, Vide)1. Ce dernier est parfois associé au ciel ou au paradis.

Les cycles des éléments du système gogyô

Représentation des cinq éléments et de leurs relations.
Selon le système gogyô, tous les éléments de l’univers se répartissent entre ces cinq catégories qui composent entre eux un cycle de génération ou engendrement (, shēng) et un cycle de domination ou destruction (, shèng ou , ).
  • Cycle de génération (ou engendrement) : métal → eau → bois → feu → terre → métal
  • Cycle de domination (ou destruction) : métal → bois → terre → eau → feu → métal

Tous les changements observables, suivant la loi de cause et effet, de quelque domaine que ce soit, s’expliquent par ces relations.

[/note de l’éditeur]

De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *