Résultat de l’enquête sur l’apprentissage du japonais


À l’occasion d’un précédent giveaway, j’ai demandé aux participants de remplir un questionnaire.

En voici le résultat.

Découverte des participants

Il y a eu 38 participant donc le groupe témoin est assez limité mais cela donne déjà une idée du profil de l’étudiant en japonais d’aujourd’hui.

L’age des participants

Les participants ont tous entre 16 et 57 ans avec une moyenne à 31 ans. Cependant la médiane étant à 27 ans, il y a donc plus d’étudiant dans la vingtaine que des autres.

L’activité professionnelle des participants

Un tiers des participants sont étudiants. Parmi ces étudiants les 2 tiers le sont en japonais (LEA, LLC, etc).
Un tiers des participants est salarié et le dernier tiers est composé d’indépendant et de chercheur d’emploi.

D’où proviennent les participants ?

Les 3/4 des participants à ce giveaway spécial kanji oboe viennent de Facebook. Certainement à travers la fan page du blog ou à travers les groupes sur lesquels le giveaway avait été partagé.

Le quart restant se partage entre les recherche Google, le réseau Google+ et des anciens lecteurs, plus ou moins fidèles, du blog. J’avoue que j’aurais préféré plus de vert que de bleu sur le fromage ci-dessous. Peut-être, soyons optimistes, lors d’un prochain questionnaire ^__^

origine_participants

Le niveau de japonais des participants

Presque les 3/4 des participants sont débutants. Un bon quart sont de niveau moyen et une minorité sont de niveau avancé. Résultats assez logique vu que kanji oboe s’adresse surtout au débutant.

niveau_participants

Les slogans des participants

Les slogans des participants étant très intéressant, de par leur contenu et de par leur portée en termes de développement personnel, je vous propose de les découvrir après un tri par catégorie dans un prochain article.

Les besoins et envies des participants

Vos besoins et envies pour vous aider à apprendre le japonais

Leur raison de vouloir les flashcards

La majorité des participants souhaitent utiliser les flashcards kanji oboe pour préparer le JLPT. Un bon tiers veut les utiliser pour apprendre le japonais en autodidacte (sans vouloir spécialement passer de test) et les autres se partagent entre les différentes raisons possibles.

On peut dire que ce jeu touche exactement sa cible vu qu’il est fait pour apprendre seul et pour préparer le JLPT.

raison_participer_participants

Leurs idées pour améliorer leur apprentissage

Là aussi les réponses étant souvent très intéressantes, je préfère vous faire un topo des idées pour améliorer l’apprentissage du japonais dans un prochain article dédié.

Leurs façons d’étudier le japonais préférés

La plupart des participants préfèrent apprendre seul en autodidacte. Mais une aussi grande partie veut apprendre en cours particuliers ou en groupe. Heureusement ce blog s’adressent à ceux qui aiment ces trois façons d’apprendre.

Étonnamment ceux qui veulent partir pour apprendre au Japon, se former en ligne ou utiliser des applications sont peu nombreux. Il faudrait que je repose la question sur les outils d’apprentissage séparément pour mieux connaître vos besoins en matériel d’apprentissage.

besoin_envie_participants

Leurs principaux freins

Les participants sont plus d’un tiers à manquer de temps. Je leur conseillerai de lire ou relire Plus de temps pour apprendre le japonais avec seulement 3 kana et de se rappeler qu’un manque de temps est avant tout un manque d’organisation. Cela peut donc tout à fait être amélioré avec des méthodes comme la roue de Deming.

Près d’un quart se plaint du coût financier lié à l’apprentissage du japonais. Cependant, même si un apprentissage poussé et passionné du japonais peut exiger quelques dépenses, il est tout à fait possible de s‘initier gratuitement au japonais et d’apprendre pour un prix relativement bon marché.

La difficulté de trouver une formation handicape près de 15% des participants. Il est vrai qu’en dehors des grandes villes françaises, il est difficile de trouver des cours de japonais. Un annuaire des professeurs par département serait peut-être utile. Une idée à creuser ?

Sinon le quatrième très gros frein des participants est l’aspect difficile de la langue. Il est vrai que le japonais est une langue aux antipodes de la nôtre. Ni racine commune, ni écriture commune. Pourtant le japonais n’a rien d’une langue diabolique à apprendre.

problemes_participants

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *