Un Samouraï du 17e siècle peut vous apprendre comment gérer votre apprentissage


Voici un excellent article de Cédric Vimeux évoquant celui que l’on peut considérer comme le meilleur bretteur que le Japon n’ait jamais connu : Miyamoto Musashi.

 

Les meilleurs mentors que vous puissiez avoir ne sont pas les gourous du marketing d’aujourd’hui, mais les Samouraïs du 17e siècle.

En particulier Miyamoto Musashi. Une figure emblématique du Japon. Le plus fameux samouraï que ce pays ait connu.

Voici pourquoi :

comment gérer votre apprentissage avec Musashi

Estampe représentant Musashi

Il était toujours en retard, mais…

Au 17e siècle, Miyamoto Musashi était le samouraï le plus puissant et le plus craint du pays. Tout le monde parlait de lui. Et surtout de son sabre, qu’il maitrisait à la perfection.

Il voyageait dans tout le pays pour défier les plus grands guerriers. Et cherchait, en vain, un adversaire à sa taille.

Un jour, un puissant samouraï du nom de Matashichiro le provoqua en duel. Matashichiro était plein de rancoeur, car Musashi avait déjà vaincu et tué son père, son oncle et son frère. Il avait soif de vengeance.

Musashi avait la réputation de toujours arriver très en retard à ses duels. Matashichiro voulait en profiter. Il vint avec une dizaine d’hommes, qui se cachèrent dans les hautes herbes. Afin de l’attaquer en traitre, dès qu’il arriverait.

Pourtant, contre toute attente, Musashi sortit de derrière un arbre, à la grande surprise de tous ces adversaires. Et les pris de vitesse. Il les massacra tous, un par un. Aussi vite qu’un éclair fendant les nuages.

Sentant le piège, Musashi était arrivé TRES en avance et s’était caché, afin de voir quel était le piège qui lui était destiné. Vu qu’il était toujours très en retard, personne ne s’attendait à ce qu’il soit déjà là. Et il pu alors retourner le piège contre ses adversaires…

Une arme terriblement dangereuse

Toujours à la recherche d’adversaire puissant, Musashi entendit parler un jour d’un guerrier invaincu – Baïken – qui se battait avec une arme étrange : un Kusarigama. Une arme composée d’une longue chaine avec, à l’une de ses extrémités, une boule métallique, et de l’autre, une lame courte en forme de faucille.

Exemples de Kusarigama

Tout le monde disait qu’il était impossible de vaincre Baïken, car son arme permettait d’attaquer à deux endroits en même temps (avec la boule et avec la faucille.)

Le jour du duel, Musashi arriva encore une fois très en retard… et sortit deux sabres. Un court et un long. Personne ne s’y attendait, car il se battait toujours avec un seul sabre, et utilisait toujours les mêmes techniques qu’il avait développées lui-même.

Grâce à ses deux sabres, il put facilement bloquer les attaques de Baïken, et n’en fit qu’une bouchée…

Le plus long sabre du monde

Un jour, Musashi entendit parler d’un puissant samouraï, Sasaki Ganryu.

Ce dernier se battait avec un sabre extrêmement long. Si long, qu’il pouvait tuer n’importe quel adversaire avant que celui n’ait eut le temps de s’approcher suffisamment pour attaquer.

Musashi savait que Ganryu était respectueux à l’extrême envers les préceptes des Samouraïs. Il décida d’en profiter…

Le matin du combat, il y avait foule. Tout le monde voulait voir ce duel. C’était la première fois que deux « légendes » allaient se battre.

Ganryu arriva à l’heure. Mais Musashi se faisait entendre, comme à son habitude. Les heures passèrent. L’après-midi arriva. Et toujours pas de Musashi.

Ganryu était furieux. Il trouvait que c’était un manque de respect outrageux envers les règles des samouraïs. C’était déshonorant.

Puis, on vit une barque arriver dans la brume. C’était Musashi. Il semblait à moitié endormi et taillait en pointe l’extrémité d’une d’une rame très longue.

Arrivé à quai, il s’empara d’une serviette sale qui traînait par terre. Elle sentait le poisson, mais il noua autour de sa tête. En guise de bandeau.

Musashi arrivait au combat le plus important de sa vie. Très en retard. Sans sabre. Et avec une serviette puante en guise de bandeau. Il enfreignait toutes les règles des Samouraïs. C’était irrespectueux.

Ganryu, fou furieux, se jeta sur Musashi… qui n’eut qu’à tendre la rame pointue – bien plus longue que le sabre de Ganryu – pour que ce dernier s’y empale.

Quel enseignement pouvez-vous en tirer ?

Miyamoto Musashi gagna tous ses duels. Non pas parce qu’il connaissait les meilleures techniques de sabre. Mais simplement parce qu‘il savait s’adapter aux circonstances du moment.

Pour votre business (ou votre apprentissage du japonais), c’est pareil.

Vous cherchez peut-être des manuels, des phrases types ou des listes de vocabulaire que vous pourriez apprendre par coeur et appliquer au quotidien.

Le problème, c’est que même si ces manuels, ces phrases types ou ces listes de vocabulaire vous sont utiles aujourd’hui, ce ne sera peut-être plus le cas demain.

Ne perdez pas votre temps à chercher des expressions toutes faites qui marchent. Apprenez plutôt l’art de vous adapter aux circonstances du moment. Et à en tirer parti.

La voix du sabre selon Musashi

Voici les 9 principes de l’enseignement de Musashi :

  1. Évitez toutes pensées perverses.
  2. Se forger dans la voie en pratiquant soi-même.
  3. Embrasser tous les arts, et non se borner à un seul.
  4. Connaître la voie de chaque métier, et non se borner à celui que l’on exerce soi-même.
  5. Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose.
  6. En toute choses, s’habituer au jugement intuitif
  7. Connaître d’instinct ce que l’on ne voit pas.
  8. Prêter attention au moindre détail.
  9. Ne rien faire d’inutile.

Je vous recommande vivement de lire Le Traité des Cinq Roues de Miyamoto Musashi.

Même si ce traité porte en priorité sur les arts martiaux, et sur le combat au sabre, ses principes n’en restent pas moins applicables à tous les aspects de votre vie.

Ce n’est pas simplement un livre sur les stratégies guerrières. C’est un aussi un livre qui enseigne un art de vivre toujours valide aujourd’hui.

Le Traité des 5 roues est considéré comme un classique de la littérature universelle.

« Je comprenais bien comme il est difficile de maintenir une position face aux événements. […] J’ai appliqué les principes (avantages) de la tactique à tous les domaines des arts. En conséquence, dans aucun domaine je n’ai de maître. »
Miyamoto Mushashi – Le Traité des Cinq Roues.

Source : virtuose-marketing.com

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *