Le premier manga débarqué en France n’est pas Dragon Ball


Contrairement à ce qu’on croit, le premier manga ayant débarqué en France, n’était pas « Dragonball », que nenni, mais une revue sortie en 1978 appelée « Le Crie qui Tue » (devenu par la suite une expression désignant le « kiaï », le cri qu’on pousse dans les arts martiaux pour libérer son souffle).

L’auteur, « Atoss Takemoto » voulait faire découvrir la bande-dessinée de son pays et eu l’idée de lancer ce magazine dans toute la francophonie occidentale en s’associant à un éditeur Suisse. Malheureusement pour l’auteur, il n’arrivera qu’à publier 6 numéros. Il faudra attendre les années 90 avant de voir débarquer à nouveau ce qu’on allait appeler les « manga ».

lecriquitue#1 lecriquitue#2 lecriquitue#3 lecriquitue#4 lecriquitue#5 lecriquitue#6

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

2 Replies to “Le premier manga débarqué en France n’est pas Dragon Ball”

  1. Olivier ANSELM

    Oh, superbe ! Je connaissais la première couverture, qui est célèbre et incluse dans pratiquement toutes les histoires et rétrospectives de la diffusion des manga en Occident, mais je n’avais jamais vu les autres et elles en valaient la peine.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *