OPPAI vs Mune – les mots secrets du Japon


日本の秘密の言葉 « NIHON NO HIMITSU NO KOTOBA » « LES MOTS SECRETS DU JAPON ».

De retour parmi vous afin de vous enseigner un vocabulaire que vous ne trouveriez pas forcément dans tout bon dictionnaire qui se respecte, et pour cause, puisqu’il s’agit de mots qui ne sont pas employés quotidiennement ou normalement parce que « tabous » chez nous comme ailleurs. Et pourtant, quand vous y réfléchissez, ce sont toujours ceux-là qu’on vous demande en premier ;p

À ÉVITER DONC DANS UNE CONVERSATION !

« OPPAI » COMME « OPPULENTS », ON SE SAIT PLUS À QUEL SEIN SE VOUER !

En France, comme ailleurs d’ailleurs, on a toujours des mots pour décrire les attributs féminins rebondissants qui attirent le regard : « nichons, nibards, lolos, einss, etc. Et bien le Japon si puritain a lui aussi des mots pour décrire les seins lorsqu’ils atteignent une certaine taille. C’est sans doute du aussi à la rareté de grosses poitrines chez leurs compatriotes féminines.

1) LE TERME SCIENTIFIQUE :

乳腺 (にゅうせん) « nyūsen » ; littéralement « les glandes du lait » = « les glandes mammaires » ;

懐 (ふところ) « futokoro » « les seins » ;

乳房 (ちぶさ) « chibusa » « les seins » (employé surtout en médecine) ;

乳首 (ちくび) « chikubi » « le mamelon » ;

乳頭 (にゅうとう) « nyūtō » « le mamelon » ;

(にゅうぼう) « nyūbō » « les seins »

2) LES TERMES GÉNÉRAUX :

前胸部 (ぜんきょうぶ) « zenkyōbu » « partie antérieure de la poitrine » ;

胸先 (むねさき) « munesaki » « avant de la poitrine » ;

胸元 (むなもと) « munamoto » ; littéralement « origine de la poitrine » ;

胸間 (きょうかん) « kyōkan » « entre la poitrine » ;

胸部 (きょうぶ) « kyōbu » « le thorax » ;

胸板 (むないた) « munaita » « la poitrine » ;

3) LE TERME COURANT, USUEL ET NORMAL :

胸 (むね) « mune » « poitrine ; seins ; mamelles, etc» (s’applique à tout genre de poitrine confondues) ; c’est celui que l’on utilise le plus.

4) LES TERMES ENFANTINS ; MIGNONS :

乳ぶさ (ちちぶさ) « chichibusa » « les seins » ;

乳 (ちち) ou チチ « chichi » « seins ; nichons, nibards » ;

ブレスト « buresuto » de l’anglais « breasts » « seins ; nichons, nibards » ;

バスト « basuto » de l’anglais « bust » « buste ; poitrine » ;

5) TERMES GRIVOIS ; COCHONS :

(おっぱい) « oppai » « gros seins ; nichons ; nibards ; obus » (celui qui est le plus utilisé pour désigner une femme avec des gros seins) ;

6) TERMES VULGAIRES ET GROSSIERS :

(ぱい) « pai » « nichons, nibards » (terme très vulgaire, qui n’est autre qu’une abréviation de « oppai », un terme sexuel osé) ;

Voilà pour les principaux. Il est bien connu que les Japonais catégorisent tout et n’importe quoi (genre, nombre, taille, poids, etc) et les seins qui sont quasiment pour eux un « objet de vénération » à cause de la réputation des femmes japonaises à n’en être pas ou peu pourvues ont eux aussi leur classification :

– 無乳 (むにゅう) « munyū » « pas de seins ; seins inexistants ; poitrine
plate », ce qu’on appelle vulgairement chez nous une « planche à pain » ;

-ぺちゃぱい « pechapai » est la contraction de ぺちゃんこのおっぱい « pechanko no oppai » ou « seins plat » et désigne les poitrines féminines petites ou inexistante.(ou les propriétaires de ces poitrines). Synonyme familier de 無乳 et 貧乳。

– 貧乳 (ひんにゅう) « hinnyū »« seins pauvres ; maigre poitrine », là aussi des filles pourvues de très petits seins dont la pointe est la partie la plus visible ;

– 微乳(びにゅう) « binyū » « petits seins », limite la taille normale chez une japonaise ;

– 美乳 (びにゅう) « binyū » « beaux seins ; seins d’une taille normale », un degré de plus que les seins normaux d’une japonaise (attention au kanji, car même s’il est « homophone » du premier, son écriture et sa signification sont différentes) ;

– 巨乳 (きょにゅう) « kyonyū » « seins géants ; gros seins » ;

-でかぱい est la contraction de でかいおっぱい « dekai oppai » ou « énormes seins » et désigne les poitrines féminines volumineuses ou directement les femmes à forte poitrine.

– 爆乳 (ばくにゅう) « bakunyū » « seins explosifs ; énormes seins » ;

– 魔乳 (まにゅう) « manyū » « seins démoniaques », des seins exagérément gros qui n’ont aucune limite dans l’exagération.

Voilà, je terminerai en vous racontant cette incroyable histoire de Japonais fous de rire en regardant un film de l’actrice « Lollobrigida » (connue à l’époque pour son opulente poitrine).

Pour les adultes avertis, un manga a été fait sur cette différence, ça s’appelle 貧乳巨乳ヒストリー « hinnyū kyonyū hisutorī » ( Tiny Boobs Giant Tits History) « Histoire de Petits et Seins Géants », mais il ne met pas d’intermédiaires entre les deux, passant de la plus petite taille à la géante (ce qui fait le comique de la chose).

@ +


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *