Les Mascottes japonaises (partie 5)


ゆるキャラの起源 « YURUKYARA NO KIGEN » « LES ORIGINES DES MASCOTTES JAPONAISES » (CINQUIÈME PARTIE) :

C’est bien entendu par le biais des échanges commerciaux que ces mascottes atteignirent des contrées aussi lointaines… et l’archipel
japonais ! On pourrait croire que le phénomène des mascottes est récent au Japon, mais il n’en est rien, car tout commença dans les années 2000.
Là-bas on les baptisa d’abord « masukotto » (マスコット) qui n’est autre que la translittération du mot anglais « mascot », puis « yurui masukotto
kyarakutā  » (yurui character) (緩いマスコットキャラクター), qui signifie «personnage mou, faible ou aimable, tranquille, sans importance » (au choix lol) que l’on abrégea en « yurukyara » (yuruchara) (ゆるキャラ).

Le terme fut inventé par l’illustrateur et critique culturel Jun Miura au début des années 2000 et malgré sa connotation négative, il fut adopté par le public et les créateurs. Miura déclara qu’il y avait trois exigences principales pour faire d’une mascotte un « yuru-chara » :

1) Elle doit transmettre un message fort d’amour pour la ville ou la région représentées
2) Les mouvements ou le comportement du personnage doivent être originaux et maladroits
3) Le personnage doit être simpliste ou décontracté (yurui) et aimable

Et voilà comment la « mascotte japonaise » fut créée !

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *