Les Dramas et les animés sont les meilleurs moyens d’apprendre le japonais


Je vois souvent ce genre de conseils sur internet: « regarde des dramas en japonais, moi j’ai progressé super vite comme ça » ou « Il n’y a rien de mieux que les animés en VO pour apprendre le japonais ».

Et ni une ni deux vous mettez les bandes sons japonaises en regardant vos DVD quitte à mettre un carton devant l’écran pour cacher les sous-titres incrustés dans l’image de certaines vidéos.  (Ça sent le vécu non ? ^__^)

Mais peut-on vraiment apprendre une langue sans efforts en regardant des séries ?

A priori, suivre ce conseil a plusieurs avantages:

  • habituer son oreille aux sons (phonèmes) de la langue, à l’accentuation (éventuellement aux tons) et à la prosodie (la mélodie de la phrase) en écoutant des natifs japonais.
  • booster son vocabulaire
  • booster sa compréhension orale au niveau du contenu des dialogues
  • assimiler la grammaire de manière passive
  • entendre une langue utilisée en contexte
  • travailler sans s’en rendre compte tout en s’amusant

Au final, cela a tout l’air d’une bonne idée, mais en vérité ce n’en est pas une.

Quoique !

Tout cela demande réflexion.

Évidemment, je vous reccommande de vous exposer à un maximum de matériel en version originale (films, dramas, animés, vidéo You Tube ou dailymotion, musique, etc) pour les raisons évoquées plus haut. Cependant, vous n’apprendrez jamais le japonais comme cela.

Il faut voir les vidéos comme un complément d’un apprentissage plus systématique de la langue. En bref en suivant des cours particuliers, en groupe ou seul avec un livre afin d’acquérir le minimum de vocabulaire et de grammaire pour pouvoir mieux appréhender une vidéo en japonais.

Pour parler de mon cas personnel, j’ai vu mon niveau d’anglais grimpé en flèche, à partir du lycée, en lisant des comics américain, en regardant des K7 vidéo ou des DVD sous titrés en anglais, en surfant sur le net, etc. Pourtant mon niveau de japonais restait à zéro malgré tout les animés en VOST que je regardais à l’époque (Nuku nuku, city hunter, Gunnm, etc pour l’époque).

La différence ? J’étais loin de partir de 0 quand j’ai commencé à améliorer mon anglais de cette façon. J’avais beau avoir été nul au collège, cela m’avait quand même apporté des bases solides.

Après 6 mois à regarder des animés en VOST japonais ce que je comprenais en cachant les sous titres ressemblait à peu près à ça :

 blah blah blah blah blah bonjour blah blah blah blah blah blah merci pour ce bon repas blah blah blah blah À tout à l’heure blah blah blah blah crève co**ard blah blah blah blah C’est trop MIGNON !!!!! blah blah blah blah blah blah Aïe blah blah blah blah blah Attends ! blah blah blah blah Je t’aime bien blah blah blah blah blah blah blah Ah bon !

En bref, j’étais loin de devenir bilingue.

La clé ?

C’est la quantité de vocabulaire passif que l’on possède déjà.

Le vocabulaire passif ?

C’est le vocabulaire que l’on comprend quand on l’entend ou le lit sans avoir besoin de chercher dans un dictionnaire.

Pourquoi ce vocabulaire est-il si important ?

Parce que le cerveau a des capacités limitées. S’il ne reconnait pas au minimum 75% à 80% des mots dans une phrase, il est incapable de remplir les trous pour donner un sens aux mots inconnus à l’aide du contexte, et encore moins à retenir ces mots inconnus bien sûr.

La taille du vocabulaire passif japonais que nous possédons dépend de deux facteurs :

  •  le niveau atteint en japonais (débutant, JLPT N5,4,3,2,1)
  • le peu de vocabulaire commun entre le japonais et le français.
    La plupart des langues ont des similtudes entre elles au niveau du vocabulaire.
    Par exemple un mot comme maman se retrouve quasi à l’identique dans les autres langues. mamma, mummy, etc
    Le cerveau reconnaît et assimile plus facilement ces mots similaires car le cerveau classe par ressemblance (d’où le problème des faux amis). Par contre お母さん (maman) est plus difficile à appréhender pour un cerveau européen.

Il y a deux cas possibles :

  1. vous êtes débutant en japonais
  2. vous avez un niveau intermédiaire-supérieur (JLPT) en japonais

Dans le cas 2 vous devez absolument commencer ou continuer à vous exposer à un maximum de média en japonais (podcast, vidéo, etc).

Par contre dans le cas 1, le cerveau ne peut tout simplement pas analyser ce qu’il entend car toute sa concentration et sa capacité d’analyse sont pompée par le trop grand manque de mots.

Si vous êtes dans ce cas, je ne vous interdis évidemment pas de mater des dramas ou des animes, mais soyez conscient vous excercez uniquement votre oreille au sonorité. Ce qui est déjà un bon début. Pour le reste, en particulier le vocabulaire, vous allez devoir vous servir d’autres méthodes et outils pour le moment. Un apprentissage régulier et du par coeur sont nécessaire au début.

Donc il ne faut surtout pas que ces séries deviennent le truc avec lequel vous vous donner bonne conscience parce que vous avez la flemme de faire le reste !

 

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

8 Replies to “Les Dramas et les animés sont les meilleurs moyens d’apprendre le japonais”

  1. Paméla

    Je partage ton opinion sur cette question.

    Par ailleurs, j’ajouterais que quand on regarde un anime ou un drama, il faut rester attentif à la situation de communication. En effet, un personnage ne parlera de la même façon avec son boss et avec ses amis. De plus, il est intéressant, dans les drama, de regarder le comportement non-verbal des personnages, toujours en ayant en tête la situation de communication dans laquelle il s’inscrit.

    Merci pour cet article !

    Répondre
    1. admin Post author

      Tu as raison !
      On comprend mieux l’importance du langage gestuel et l’importance du silence dans la communication japonaise en regardant des dramas.

      Répondre
  2. Amélie-Marie

    J’ai vraiment beaucoup aimé cet article, qui non seulement explique bien la situation, mais en plus prête à sourire. Pour ma part, je me suis mise à regarder des dramas bien après avoir commencé à apprendre le japonais, lorsque j’ai senti que justement, j’avais besoin d’un déclic pour l’oral, et rien de tel que d’entendre du japonais contextuel. Par contre, je crois que j’aurai été incapable d’apprendre quoique ce soit juste avec cela (sans compter le slang et les dialectes du Japon qui compliquent la tâche !).

    Répondre
  3. Biloré Christine

    Un avis très intéressant et très juste! Je regarde pas mal de films et anime depuis que j’ai commencé à apprendre le japonais. Au début, le seul bénéfice que j’en tirais était d’habituer mon oreille aux sons et au rythme de la langue. Maintenant j’arrive à repérer la grammaire que j’ai pu apprendre et surtout j’apprends de nouveaux mots puisqu’il y a de moins en moins de trous dans ce que je peux comprendre.
    Avec l’anglais cela a été plus rapide mais il faut dire que la barrière de la langue écrite n’étant pas comparable, c’était plus simple d’assimiler du vocabulaire. D’ailleurs mes premiers échanges épistolaires avec mon amie de Kyoto se sont faits en anglais et nous avions toutes deux une seule année d’étude de cette langue.

    Répondre
    1. Mikael Plasse Post author

      Merci Christine pour ton retour d’expérience ^__^
      Pour moi tout dépend du drama. J’avoue avoir du mal avec un drama médical (comme Resident) ou juridique (comme Hero) par exemple et beaucoup moins de difficulté avec un drama romantique (comme hitotsu yana no shita ni ).

      Répondre
  4. Biloré Christine

    Oui j’avoue que Hanzawa Naoki ne m’a pas beaucoup fait progresser. Parfois aussi le jeu des acteurs ou même leur voix rendent les choses plus ou moins faciles.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *