Les différences entre san et chan + kun et sama


Mais quelles sont les grandes différences entre san et chan, et les autres suffixes sama et kun ?

Si vous apprenez le japonais depuis peu ou si vous regardez des vidéos en japonais sous titrés depuis longtemps, vous avez du remarquer que les japonais ajoutent, dans la grande majorité des cas, un suffixe au nom ou au prénom de la personne à qui ils s’adressent.

Les différences entre san et chan + kun et sama

Les connaître vous permettra de mieux comprendre lequel choisir et donc d’éviter de commettre des impolitesses.

Voici donc les principaux suffixes liés aux noms.

Avant, un petit rappel.

 Ne pas parler de soi en ajoutant un de ces suffixes. C’est très impoli. Utilser ces suffixes uniquement pour vous adresser aux autres. 

Exemple :

watashi wa mine san desu – je suis « monsieur » Minet
watashi wa mine desu – je suis Minet

Et maintenant découvrons ensemble ces suffixes.

Les différences entre san et chan ainsi que kun et sama

Sama

sama est un suffixe honorifique que l’on pourrait traduire littéralement par « mon seigneur »

Exemple :
musashisama : seigneur musashi

C’est un terme que l’on réserve de nos jours aux dieux (kamisama – mon seigneur dieu, messires les dieux) et aux clients (okyakusama – monseigneur l’honorable client).

Exemples :
kamisama : les dieux, dieu
okyakusama : « cher seigneur client »

On peut l’entendre aussi dans les mangas de la bouche des domestiques ou des soubrettes de maid cafe (goshujinsama maître, ojôsama mademoiselle, oniisama grand frere)

Bref un suffixe que vous n’utiliserez pas très souvent et seulement dans 2 cas précis :

vous travaillez pour une entreprise japonaise et êtes en contact avec des clients

vous avez envie d’être sarcastique envers une personne qui se la pète un peu trop.

Exemples pour le point 2 :
obakasama : honorable seigneur l’idiot

– kore totte : prends ça !
– Hai, kyôko-SA-MA : Mais bien-sûr, « Maîtresse » Kyôko

San

San est un suffixe honorifique que l’on pourrait traduire par « monsieur, madame ou mademoiselle ».

C’est le suffixe le plus courant. Il est mixte et utilisable dans un cadre formel autant que dans un cadre plus ou moins familier.

Quand on s’adresse à des adultes ou à des grands adolescents, c’est le suffixe le plus prudent à ajouter au nom ou au prénom de la personne.

Astuces :

  • Dans tous les cas où vous auriez vouvoyez quelqu’un en français, utilisez le nom suivit de San.
  • Dans le cas où vous auriez tutoyer cette personne vous pouvez utiliser son prénom suivi de san.

Exemples :

yamada-san wa furansu ni ikimasu ka ? – Est ce que vous allez en France, M.Yamada ?
setsuko-san wa furansu ni ikimasu ka ? – Est ce que tu vas en France, Setsuko ?

Notes : Ce suffixe s’ajoute au nom ou au prénom des personnes mais peut s’ajouter aussi au nom de certains métiers ou de certains objets.

Exemples :

yaoya-san – le marchand de légumes
sushiya-san  – le maître sushi
omawari-san – le policier (nom familier)
o-isha-san – le médecin
o-ningyô-san – la poupée

Kun

Kun est un suffixe honorifique plus familier qui se rapproche du tutoiement.

Il est le plus souvent utilisé par des personnes du même âge pour s’adresser entre eux ou par des personnes d’un statut plus élevé (âge, ancienneté, hiérarchie) envers une personne d’un statut moins élevé.

Utilisation :

  • Entre hommes de même statut (collègues de bureaux amicaux, lycéens, etc)
  • D’un adulte (homme ou femme) vers un enfant (garçon) ou un adolescent (fille ou garçon)
  • D’un supérieur hiérarchique vers un subordonné (fille ou garçon)

Exemples

2 hommes collègues de bureaux :
isono kun, gôkon ha dô ? – Isono, ça te dit un rendez vous arrangé en groupe ?

1 supérieur hiérarchique à la secrétaire :
yamada-kun, kono tegami o dashite kudasai – Yamada, postes moi ça, s’il te plait.

Bref, si vous êtres un homme et qu’en français vous auriez tutoyé quelqu’un, vous pouvez, normalement, utiliser kun. Si vous l’auriez vouvoyé, choisissez san

Si vous êtes une femme, kun est considéré comme trop « familier » pour le langage féminin, préférez san.

Note : kun s’écrit en kanji 君, kanji signifiant « tu », « toi ». c’est donc la marque du tutoiement.

Chan

Chan est un suffixe d’adoucissement dérivé de san et utilisé exclusivement dans un cadre familier envers les personnes que l’on aiment (amour filial, amitié, amour, etc) et en général envers une personne de sexe féminin.

Personnellement je dit qu’il « ounetise » les noms.

Exemples pour mieux comprendre le principe :

  • Sachiko -> sachiko-chan sacchan -> sachikonounette, sachinounette
  • otôsama = père; otôsan = papa; otôchan = papounet
  • ojiisan = papy; ojiichan = papinounet

Comme en français, la « ounetisation » se fait le plus souvent en ajoutant le suffixe d’adoucissement au prénom en entier ou en contractant le prénom. Et aussi le plus souvent envers les filles (pour les garçons on préferera kun considéré visiblement comme plus « viril »)

Exemple :

fr : Elizabeth + adoucissement => zabeth, babou
ja : Mari-yuki (fille)+ adoucissement => macchan (bébé ou enfant)
ja : Ryûichi (garçon) + adoucissement => Ryûchan (bébé) ou Ryûichi-kun (enfant)

Comme l’adoucissement des prénoms en français, ce n’est pas un suffixe à utiliser dans un cadre formel, excepté envers la petite fille de moins de 5 ans d’un des protagonistes.

Il existe aussi un adoucissement de sama (chama), utilisé surtout envers les grands parents.

L’absence de suffixe

L’absence de suffixe est un « suffixe » en lui-même et se rapproche du tutoiement.

Savoir utiliser ces suffixes

Ces 4 suffixes sont les plus courants au Japon. En comprenant les différences entre san et chan, et les autres, vous devriez pouvoir vous habituez à leur utilisation au fur et à mesure de vos progrès en japonais.

Pour vous aider, rappelez vous qu’au Japon deux personnes n’ont jamais le même statut et qu’ainsi le suffixe utilisé par l’un n’est pas forcément bon pour l’autre.

Ça n’aide pas ? Pas faux mais au moins vous êtres prévenu ^__^

Petits tests :

Vous êtes invités par votre collègue et ami Yamada à diner chez lui avec sa femme et ses deux enfants.

Les protagonistes

  • vous
  • yamada akira (homme 37 ans)
  • yamada asae (femme 36 ans)
  • yamada arina (fille 3 ans)
  • yamada atsuo (garçon 7 ans)
Comment vous adresserez vous à M.Yamada ?
Comment vous adresserez vous à Mme Yamada ?
Comment vous adresserez vous à Yamada Arina ?
Comment vous adresserez vous à Yamada Atsuo ?
Comment vous appellerons Mme Yamada et les enfants ?

Vous avez bien répondu  ?

Tant mieux.

D’autres questions ? Besoins d’éclaircissements ? N’hésitez pas à laissez un commentaire ci-dessous ou à poser vos questions sur Facebook.


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *