les 20 préceptes du karateka appliqués à l’apprentissage du japonais – partie 3


Suite des 20 préceptes du karateka appliqués à l’apprentissage du japonais

11. L’entraînement d’un samouraï est comme l’eau bouillante, qui redevient froide si vous ne lui apportez pas continuellement de la chaleur.

Passer le JLPT, c’est bien, c’est beaucoup d’effort et de travail, mais ça ne suffit pas pour connaître le japonais à vie. On peut parler japonais couramment toute sa vie, à conditions de s’entraîner continuellement.

L’eau qui bout a un grand potentiel énergétique tout comme l’étudiant en japonais qui atteint un certains niveau de pratique. Mais sans apport permanent de chaleur (pour l’eau) ou d’apprentissage, de recherche, d’entraînement…(pour l’étudiant en japonais), le potentiel s’évapore très rapidement au fil du temps.

Un proverbe japonais dit :

« L’apprentissage par la pratique revient à pousser une charrette vers le sommet d’une colline:
Cessez de pousser et tous vos efforts auront été vains. »

12. Ne pense pas à gagner, pense surtout à ne pas perdre.

Le karatéka est avant toute chose un protecteur de certaines valeurs morales. Son art lui sert à préserver l’intégrité physique et mentale de tous contre toute agression. Pour lui, l’important n’est pas de gagner face à un super vilain quel qu’il soit, mais de se préserver et de préserver les autres et donc de ne pas perdre. Ne cherchez pas la victoire mais cherchez à éviter la défaite.

N’oubliez pas le précepte de non esprit car si l’orgueil, la vanité, l’esprit de compétition vous poussent à vouloir gagner à tout prix lors d’un combat, vous risquez fort d’être aveuglé par ces sentiments et votre esprit ne sera pas libre.

Pour un étudiant en japonais, cela signifie par exemple que l’important n’est pas de réussir le JLPT avec zéro fautes mais surtout de le réussir.

13. Adapte toi à l’adversité.

Un karatéka adapte son comportement par rapport à l’adversaire ou la situation qui se présente à lui. Que ce soit pour un combat ou un sauvetage par exemple.

Parler japonais signifie aussi garder l’esprit vigilant et savoir adapter son comportement en fonction des circonstances.

Rappelez vous que si pour un pratiquant de la langue japonaise chaque rencontre avec un japonais ou une japonaise est importante, l’important est surtout d’adapter votre façon de parler par rapport à vos interlocuteurs.

14. En cas de combat, la stratégie réside à distinguer les ouvertures des points invulnérables.

Ce précepte rejoint le précédent dans le sens où vous devez observer votre adversaire et adapter votre comportement à vos observations. Regarder votre adversaire dans sa globalité tout en repérant ses particularités. En combat réel, il faut faire preuve de stratégie et chercher les points faibles de l’adversaire. Avant de vous lancer tête baissée dans le combat, apprenez à l’observer. Quelles sont ses réactions ? Comment se déplace-t-il ? comment respire-t-il ? Vous devez trouver des failles dans sa défense et vous devez les exploiter. Ne vous enfermez pas dans des carcans stéréotypés du combat avec des techniques sans vie et répétitives sans vous soucier de votre adversaire. Au contraire, soyez souple d’esprit comme de corps. Ouvrez vos yeux et votre esprit et sachez décider au bon moment lorsqu’une ouverture se présente.

Devant votre test de JLPT, soyez vous aussi stratégique.

15. Pense aux bras et aux jambes humaines comme à des sabres.

Avec les entraînements physique et de combat, le karateka renforce son corps et peut l’utiliser comme une arme. Les bras, les jambes, les pieds, les mains, les genoux, les coudes…sont autant d’armes naturelles qu’offrent le corps. Vous devez exploiter vos bras et vos jambes comme s’il s’agissait d’armes réelles. Ce sont ces armes qui vont vous permettre de vous défendre, ne les négligez pas, prenez en soin et entretenez les comme un samouraï entretiendrait son sabre.

Le sabre d’un étudiant en japonais sont ces connaissances en grammaire, en kanji ou en vocabulaire. Alors entretenez régulièrement votre sabre avec un logiciel de répétition espacée comme Anki.


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *