L’écriture japonaise – les syllabaires


Pour créer des mots, la langue française utilise des lettres, consonnes et voyelles, regroupées en un alphabet. La langue française forme les syllabes des mots du français avec une voyelle ou en combinant une ou plusieurs consonne avec une ou plusieurs voyelles.

En japonais, on utilise des syllabes dont l’ensemble forme les syllabaires.

En combinant ces syllabes , on obtient des mots :

わ +  た + し => wa + ta + shi => watashi (moi)

Il n’y a donc pas, en japonais, de concept de consonnes et de voyelles mais uniquement un concept de syllabes.

Syllabes qui sont au nombre de 46 par syllabaire.

tableau_syllabaires

Pourquoi syllabaire au pluriel ?

Tout simplement parce que les japonais utilisent deux syllabaires à la graphie distinctes :

  • les hiragana
  • les katakana

Si vous vous demandez pourquoi deux syllabaires, sachez qu’en général, les japonais écrivent avec un savant mélange de kanji et de hiragana. Les katakana sont eux utilisés avec plus de parcimonie :

  • soit pour transcrire un mot emprunté à une langue étrangère
  • soit pour donner plus de poids à un mot (comme nous le ferions en français en utilisant le gras ou l’italique)

À quoi ressemblent les syllabaires hiragana et katakana ?

Hiragana signifie littéralement « écriture lisse ». Il s’agit d’une écriture cursive riche en boucle et en courbes.

Table des hiragana

Comme vous pouvez le voir sur cette table des hiragana, chaque caractère a un ordre de tracé précis qui date de l’époque où ces caractères se faisait au pinceau. C’était l’écriture préférée des femmes du moyen-âge japonais.

Les katakana (lit. écriture fragmentée) ont comme leur nom l’indique un tracé riche en cassure et pauvre en courbe. Le fait que ce fut l’écriture privilégier des hommes du moyen-âge japonais explique peut-être cela.

D’où leur viennent ces syllabaires ?

Les hiraganas, comme les katakanas, ont été formés en s’inspirant d’un kanji homophone : ce sont donc des formes simplifiées de caractères chinois.

Conçus à leur origine pour être appris et tracés plus facilement, les hiragana étaient appelés onnate (la main des femmes).

Exemple d’origine de certains kana

Quels livres pour apprendre les kanas ?

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *