Le « Nō », un art ancestral au Japon (4ème partie)


古代の芸術, 日本の演劇の名前は。。。能ですよ! »KODAI NO GEIJUTSU, NIHON NO ENGEKI NO NAMAE WA… NŌ DESU YO ! » « UN ART ANCESTRAL, LE THÉÂTRE JAPONAIS… NŌ » (QUATRIÈME PARTIE) :

Le « Nō » peut être défini comme un « drame lyrique » à condition d’entendre le mot « drame » dans son acception première de « action », le lyrisme du « Nô » étant principalement poétique et ne demandant à la musique qu’un rythme et des timbres pour le soutenir.

Le mot « Nō » vient d’un verbe signifiant « pouvoir, être puissant, capable de » ; d’où, employé comme nom, le sens de « pouvoir, faculté, talent ».

Le terme »Nō » a très tôt, été employé pour désigner le « talent » des artistes, danseurs ou exécutants, ce dont ils étaient capables. Par glissement de sens (talent, ce qu’on exécute avec talent, pièce exécutée), on en est très vite arrivé à désigner la pièce elle-même. C’est ce dernier sens de « pièce » que Zeami Motokiyo (世阿弥 元清,1363 – 1443) donnera au mot « Nô » dans le Nōsakusho (能作書) consacré à la façon de composer les « Nō ».

Ci-dessous, l’image d’un masque du « Nô ».

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *