Le « Nō », un art ancestral au Japon (2ème partie)


古代の芸術, 日本の演劇の名前は。。。能ですよ! »KODAI NO GEIJUTSU, NIHON NO ENGEKI NO NAMAE WA… NŌ DESU YO ! » « UN ART ANCESTRAL, LE THÉÂTRE JAPONAIS… NŌ » (DEUXIÈME PARTIE) :

Nous avons déjà vu ensemble le « Bunraku » (文楽), qui concerne le « théâtre de marionnettes », nous allons maintenant nous intéresser de plus près à celui qui fut aux origines de cet art encore méconnu des occidentaux que nous sommes, le premier d’entre tous, j’ai nommé le « Nō » (能).

Le « Nō » que l’on pourrait traduire par « le théâtre des capacités » est un art ancestral au Japon, qui remonterait fin XIIIe siècle et qui unit deux traditions : la pantomime dansée et la narration chantée. A l’époque, ce rôle était dévolu à des moines ou bonzes. Plus tard, ce seront des comédiens ou des acteurs chevronnés qui reprendront le flambeau. Le plus souvent, les pièces ou les histoires qui sont jouées, sont des drames.

Les protagonistes de cet art ancestral, portent, comme le faisaient les dramaturges du théâtre grec avant eux, des masques soulignant le caractère des personnages qu’ils mettent en scène.

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *