Le « Nō », un art ancestral au Japon (26ème partie)


古代の芸術, 日本の演劇の名前は。。。能ですよ! »KODAI NO GEIJUTSU, NIHON NO ENGEKI NO NAMAE WA… NŌ DESU YO ! » « UN ART ANCESTRAL, LE THÉÂTRE JAPONAIS… NŌ » (VINGT SIXIÈME PARTIE) :

LES ACCESSOIRES :
Tout un éventail d’accessoires est nécessaire à la mise en place et à la réalisation d’un « Nō » afin de perfectionner la mise en scène et de captiver l’attention d’un public toujours plus exigeant.

Nous avons vu que l’accessoire principal était les masques « omote » (面) les « visages » ou « masques de « Nō » ». Ils sont utilisés pour tous les rôles de « Shite » à l’exception des rôles d’enfants et d’hommes adultes vivants (par opposition aux fantômes). Quand le « Shite » joue sans masque, il doit garder une expression neutre, exactement comme s’il portait quand même un masque. La conception des masques de « Nō » mêle des éléments réels et symboliques, leur but étant de renseigner sur le type de personnage ainsi que sur son humeur. Lorsqu’il met le masque, l’acteur quitte symboliquement sa personnalité propre pour prendre celle du personnage qu’il va incarner. La contemplation du masque fait ainsi partie du travail de préparation pour le rôle. De plus, du fait de l’éclairage, l’expression du masque est conçue pour pouvoir varier en fonction de l’angle d’exposition. L’acteur doit ainsi constamment contrôler l’inclinaison de sa tête afin de présenter à la lumière son masque selon l’orientation voulue par l’humeur de son personnage.

Plus petits en taille que le visage de l’acteur, les masques réduisent considérablement son champ de vision. Il utilise alors les piliers de la scène pour se situer.

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *