Le « Nō », un art ancestral au Japon (18ème partie)


古代の芸術, 日本の演劇の名前は。。。能ですよ! »KODAI NO GEIJUTSU, NIHON NO ENGEKI NO NAMAE WA… NŌ DESU YO ! » « UN ART ANCESTRAL, LE THÉÂTRE JAPONAIS… NŌ » (DIX-HUITIÈME PARTIE) :

3) LES AUTRES ACTEURS :

Les « Tsure » (ツレ) (littéralement « accompagnants, suivants ») sont des personnages secondaires qui accompagnent de leur chant soit le « Shite », on parle alors de « Shitezure », soit le « Waki », on parle alors de « Wakizure ». Personnages sans nom, les « Tsure » n’influent pas sur l’action de la pièce. Dans la pièce, le « Tsure » n’est qu’une voix.

Les « Tomo » (友) (littéralement « compagnons ») sont des utilités et n’ont qu’un rôle épisodique. Ils représentent des serviteurs. Le plus souvent, ce sont des personnes debouts en habit traditionnel ou des membres du chœur allant s’installer à sa place.

Le « Kōken » (後見) (littéralement « surveillant »), n’est pas un acteur. Mais, bien que ne prenant pas part à la pièce, il est essentiel à son bon déroulement. Assis au fond de la scène en costume de ville, il dispose à l’avance les objets nécessaires, les fait disparaître lorsqu’ils ne le sont plus et fournit à point nommé ceux qui sont indispensables au cours de l’action (épée, éventail, canne, etc.). Il peut en cas de nécessité remplacer le « Shite ». C’est une sorte d' »accessoiriste et d’acteur remplaçant ».

 

Le « Kyōgenshi » (狂言し) présent dans un grand nombre de « Nō », est le comique de la pièce. Parfois mêlé à l’action en qualité de comparse (portier de temple, batelier, portefaix, etc.) il n’a, la plupart du temps, qu’un rapport indirect avec la pièce elle-même. Son rôle consiste essentiellement à occuper la scène pendant le « ai » (littéralement « intervalle »), l’intermède qui sépare le « Nō » en deux parties.

 

 

Le « Ji » ((地) est un chœur, soit il prend directement part à l’action en se substituant à un acteur pour exécuter certains chants soit, personnage intemporel, il exprime le sentiment que l’action suggère. Par exemple, c’est souvent le chœur qui narre ou commente l’action lors de la danse principale du « Shite ». À la différence de la tragédie grecque, il ne représente jamais un groupe de personnages.

03Les « Ongakuka » (音楽家), les musiciens, qui se tiennent en-dehors, mais sur scène et qui se contentent de jouer les airs et les musiques qui narrent l’histoire. Ils n’interviennent nullement dans la pièce.

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *