L’art et les manières de s’excuser au Japon


Savoir s’excuser est tout un art au Japon.

Les japonais sont des maitres dans l’art de l’excuse qui pour eux signifie surtout qu’ils reconnaissent leur faute. On s’excuse moins de la faute en elle même que du manque du respect qui en résulte. C’est pourquoi ce sont surtout les personnes de rangs inférieurs qui s’excusent aux personnes de rangs supérieurs (ainé, supérieur hiérarchique, parents, professeurs, etc). Le respect des conventions est un ciment de la société japonaise.

Au Japon, même entre personne d’un même rang, les excuses sont considérés comme une vertu. On montre ainsi que l’on est conscient de ses responsabilités et que l’on ne blâme pas les autres (un défaut très occidental). Quand une personne présente ses excuses de manière sincère les japonais lui pardonne plus facilement. Ne dit-on pas même chez nous : « Faute avouée à demi pardonnée. »

Comment exprimer ses excuses en langue japonaise ?

Voici quelques manières d’exprimer ses excuses en japonais

Sumimasen

Sumimasen すみません signifie littérallement « ne [s’en] finit pas ». En gros on exprime le fait que l’on est inexcusable et que l’on demande le pardon.

C’est certainement l’expression la plus courante pour s’excuser.

variantes :

  • Suimasen (すいません) est parfois utilisé en lieu et place de sumimasen
  • Sumimasen deshita (すみませんでした) s’utilise lorsque vous vous excuser d’une action passé. »Désolé pour hier » se dira « きのうはすみませんでした。 » (kinô wa sumimasen deshita »

Vous entendrez peut-être des japonais dire sumimasen en recevant un cadeau. Ils expriment par là qu’il est « inexcusable » de leur par de recevoir un tel honneur. Rappelez vous en tout cas que « Sumimasen (すみません) » peut être utilisé dans différents contextes (recevoir un cadeau, s’excuser, demander quelque chose, etc. Faites donc attention au contexte.

Môshiwake arimasen

Môshiwake arimasen 申し訳ありません est une forme plus poli de sumimasen et signifie littéralement « il n’y a aucune raison à donner » (à un tel comportement irrespectueux de ma part), « je n’ai aucune excuse ».

C’est l’expression idéal envers un supérieur car c’est une excuse plus formelle que sumimasen. Le sentiment de culpabilité exprimé est plus fort.

Pour un acte passé, vous utiliserez : « Moushiwake arimasen deshita (申し訳ありませんでした) »

Comme « Sumimasen (すみません) », « Moushiwake arimasen (申し訳ありません) » peut aussi être utilisé pour exprimer sa gratitude, entre autres.

Gomen nasai

Gomen nasai (ごめんなさい) est une forme de demande de pardon. On demande (nasai) le pardon (gomen).

C’est une expression courante et familière. Elle sonne un peu enfantine et féminine. Elle n’est donc pas à utilisé dans un cadre formel envers qui l’on doit marquer du respect.

Les variantes encore plus familière, Gomen, Gomen ne et Gomen na (ce dernier est d’un usage plus masculin) ne doivent être utilisés que dans le cadre familiale ou avec des amis proches.

Shitsurei shimashita

Shitsurei shimashita. 失礼しました est une expression formelle mais qui n’a pas un sens aussi profond que môshiwake arimasen.
Shitsurei. 失礼。 est plus familier et est utilisé le plus souvent par les hommes. On peut aussi l’utiliser comme une exclamation pour s’excuser comme dans les situations suivantes : « pardon, laissez moi », « 

Dômo

Dômo どうも est une formule de politesse familière et magique au Japon qui se traduit selon le contexte par « excuse moi », « merci », « il n’y a pas de quoi », etc

Le langage corporel des excuses au Japon

Pour s’excuser, les japonais utilisent les expressions précédentes et accompagnent, le plus souvent, ces mots d’une courbette. Plus vous êtes désolé et plus vous avez manquer de respect (degré de supériorité) et plus l’inclinaison de votre courbette devra être prononcé.

L’excuse ultime des japonais

Mais parfois une courbette n’est pas suffisant pour accompagner un mot d’excuse. Voici, en vidéo, toute la technique pour exécuter parfaitement l’excuse ultime, le dogeza (土下座) ou excuse au sol.

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *