L’art du mensonge au Japon (1ère partie)


ウソつきは泥棒の始まり 。。。ウソも方便 « USOTSUKI WA DOROBŌ NO HAJIMARI ».. USO MO HŌBEN » « LES MENTEURS SONT DES FUTURS VOLEURS… POUR FAIRE LES CHOSES EN DOUCEUR, IL FAUT ÊTRE UN MENTEUR. »

Ces deux maximes sont souvent répétées aux petits enfants japonais afin qu’ils ne deviennent pas plus tard des… voleurs ! Car en effet, pour un Japonais, mentir c’est déjà se diriger lentement vers la malhonnêteté et donc par là, devenir plus tard un voleur. Pour nous, occidentaux, ça peut paraître un brin excessif, mais il est vrai que nous aussi, nous inculquons à nos enfants comme nos parents à leur tour nous l’ont inculqué les bonnes valeurs et la différence entre le bien et le mal afin que nous-mêmes et nos enfants devenions des exemples de bons citoyens. C’est la même chose qui se produit là-bas. Pour un parent Japonais, la pire honte pour la famille serait que son enfant devienne un « Yakuza », c’est-à-dire un membre de la mafia japonaise, le pire criminel qui soit en somme pour un gentil Japonais.

C’est en lisant un article (que je vous ai traduit pour les non anglicistes) que j’ai eu l’idée de vous le faire partager.

JOURNAL D’UN PETIT JAPONAIS

« C’est en lisant le « Japan Times » ce matin qu’un article a attiré mon attention : « les Japonais sont-ils plus honnêtes face au mensonge ? » Les Japonais sont connus pour être des travailleurs acharnés, gentils et sérieux… en apparence seulement, car ce sont aussi des… menteurs chroniques. Ils sont d’ailleurs classés à la 4ème place mondiale du mensonge. Intéressant… (…)

J’ai grandi en entendant sans arrêt les adultes me répéter « usotsuki wa dorobō no hajimari » « les menteurs sont des futurs voleurs », c’est ce qu’on a coutume de dire aux enfants quand ils sont petits au Japon, pour leur faire comprendre que s’ils continuent de mentir, ils finiront par devenir des voleurs (ou de mauvaises personnes) en grandissant. Mon père aussi me l’a répété, mais tout en m’encourageant en même temps dans ce vice en me disant « uso mo hōben » « pour faire les choses en douceur, il faut être un menteur ». C’est ce qu’on appelle un « petit mensonge » pour se justifier… »

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *