La prononciation du japonais à destination des débutants


Cet article, à destination des francophones totalement débutant en japonais, permet d’appréhender  l’ensemble des sons existants en japonais et la façon de les prononcer, le plus correctement possible, la lecture de phrase japonaise transcrite en alphabet latin (rômaji).

Pour information, il est recommandé d’étudier la prononciation du japonais en même temps que l’écriture. Il est en effet plus facile de comprendre la prononciation du japonais grâce à ces caractères spécifiques plutôt qu’avec les caractères latins (rōmaji).
Cependant, cet article vous permettra tout au moins de vous initier à la prononciation du japonais sans rentrer dans des détails phonétiques compliqués.

Guide de prononciation

Généralités

Vous avez peut-être remarqué que le japonais est toujours parodié avec des mots composés uniquement de syllabe simple (consonne + voyelle). Yamamoto kétoukassé, par exemple.

Ce n’est pas très loin de la réalité car le japonais est une langue syllabique, ce qui signifie qu’une consonne est toujours accompagnée d’une voyelle.

Bien entendu il existe, comme toujours, des exceptions à cette règle. Ces exceptions sont :

  • le son « n » qui peut ne pas être suivi d’une voyelle en fin de syllabe comme dans nihon (Japon))
  • le doublement de certaines consonne comme dans kitte (timbre) ou gakkô (école).

Les consonnes

La prononciation de la plupart des consonnes ne représentent pas de soucis pour un francophone.

Le S se prononce comme dans Saucisson  exemple : soko (là)
Z Zorro Z (nom)
G guitare
F fumée Furansu (France)
SH Chat
 J  Djellaba
 CH  TCHèque
W se prononce comme dans Wapiti wana (piège)
 H How (comment en anglais)  Hana (fleur)
 R  entre Lapin et Right (ang.)  Ringo (pomme)

Attention :

  • Le h est toujours aspiré. Ceci est généralement LE détail qu’omettent les étrangers désirant apprendre le japonais. Faites donc attention à bien le prononcer.
  • Le r se prononce un peu comme un l français marié à un R anglais
  • Le n final ou devant une autre consonne est articulé n (à priori, il n’y a pas de nasales en japonais…) et il se prononce « m » devant un m, un p ou un b (ex : sanpo se prononce « sa-m-po »)
  • Une consonne doublée se prononce comme si vous commenciez à prononcer le son consonne de la syllabe puis en marquant un court arrêt avant de prononcer toute la syllabe. (ex : sekken, se prononce « sek’ken »)

Les voyelles

Le japonais ne comprend que cinq voyelles de base : a e i o u

Le a se prononce A comme dans ananas  exemple : awa (bulle)
e se prononce È comme dans pÈre Edo (ancien Tôkyô)
i se prononce I comme dans Ibis Inu (chien)
o se prononce O comme dans Oslo Obi (ceinture)
u se prononce OU comme dans OUbli Umi (mer)

Deux voyelles différentes écrites ensembles se prononcent séparément :

ai se prononce donc « a-i ».

Deux voyelles identiques à la suite, aussi notées en romaji par une voyelle avec un accent circonflexe ou un macron, se prononcent comme une seule voyelle deux fois plus longue.(ex : kaasankâsan ou kāsan : se lit « kaassan » avec un a long).Il faut noter que :

  • Le u peut servir à doubler la voyelle o et ou se prononce donc « oo ».
  • Le i peut servir à doubler la voyelle e et ei se prononce donc « èè ». Dans le cas particulier de l’écriture en katakana, qui utilise le tiret pour doubler les voyelles, ei est prononcé « è-i ».
  • Le u se prononce en général « ou » (comme dans « joue »), parfois « u » (comme dans « culture ») mais plus généralement il s’agit, en japonais, de l’équivalent de notre voyelle muette e. Vous serez donc plus proche de la prononciation exacte en faisant une voyelle entre eu et ou. Par exemple, toutes les formes verbales se terminant par un su (ex : kaimasu) ne réarticulent pas la voyelle finale (ex : ka-imass’)
  • Les voyelles i et u sont généralement atténuées après les consonnes suivantes : chhkpsshts (ashita se prononcera ashta surtout à Tôkyô).
  • Le Y, dans les syllabes composées d’une consonne suivi d’un y et d’une voyelle courte ou longue, le y (prononcé « i ») et le son voyelle se lisent séparément.

Accent

En japonais, l’accent se manifeste à travers un système de hauteur de sons.

Il existe deux hauteurs de sons, en général qualifiées de haut et de bas. La description et la maitrise de cet accent est complexe mais n’est pas essentielle à la compréhension.

Il est même recommandé aux débutants en japonais de ne pas trop s’en préoccuper.

Il faut simplement savoir que cet accent :

  • sert principalement à séparer les mots dans la phrase (la première et la deuxième syllabe d’un mot ont forcément une hauteur différente, ce qui permet d’identifier le début des mots).
  • sert un peu à distinguer les mots, mais ce phénomène n’est pas fréquent.
  • varie d’une région japonaise à l’autre.

Un Japonais vous comprendra même si vous n’avez aucune connaissance de l’accent. L’accent est parfois indiqué dans les manuels avec un trait au-dessus des syllabes hautes.

Source : wikibooks.org

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *