La méthode d’analyse SWOT pour mieux apprendre le japonais


L’analyse SWOT ou matrice SWOT est un outil de stratégie d’entreprise permettant de déterminer les options stratégiques envisageables au niveau d’une stratégie concurrentielle particulière.

Le terme SWOT est un acronyme issu de l’anglais : Strengths (forces), Weaknesses (faiblesses), Opportunities (opportunités), Threats (menaces).

D’autres dénominations équivalentes en français existent, mais sont très rarement utilisées : FFOM : Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces ;

Réaliser un SWOT est indispensable pour un plan marketing, pour un lancement de produit mais il peut aussi servir à titre personnel (ex : bilan de carrière, choix de formation, etc).

Le but ? Avoir une vision graphique et synthétique d’une situation…

Elle permet de rassembler sur une page les menaces – opportunités – forces –Faiblesses.

Comment se présente le SWOT

Le résultat attendu se présente sous la forme d’un tableau comportant une grille composée de 4 grandes cases (cf. ci-dessous) :

Verticalement : 2 colonnes.

Celle de gauche recueille la liste des éléments ayant une incidence positive ou favorable sur le domaine d’activité stratégique étudié
Celle de droite recueille la liste des éléments ayant une incidence négative ou défavorable sur le domaine d’activité stratégique étudié.

Horizontalement : 2 lignes.

Celle du haut recueille la liste des éléments dont l’existence est due à des causes internes, spécifiques au domaine d’activité stratégique étudié . Ces éléments -dont la ou les causes sont internes- sont censés être maitrisables ou réformables par les dirigeants de l’organisation.
Celle du bas recueille la liste des éléments dont l’existence est due à des causes externes, en général communes à tous les concurrents présents sur le marché. Ces éléments -dont la ou les causes sont externes- s’imposent aux dirigeants des organisations qui ne peuvent avoir prise sur eux.

Au croisement des colonnes et des lignes sont donc constituées 4 cases destinées à recevoir l’information pertinente.

Case S ⇒ (Strenghts) : Les Forces (facteurs positifs d’origine interne)
Case W ⇒ (Weaknesses) : Les Faiblesses (facteurs négatifs d’origine interne)
Case O ⇒ (Opportunities) : Les Opportunités (facteurs positifs d’origine externe)
Case T ⇒ (Threats) : Les Menaces (facteurs négatifs d’origine externe)

Remplir un SWOT

Sens de remplissage

On commence souvent par l’interne :

– Les Forces : en quoi vous êtes bon. – Les Faiblesses : où vous n’êtes pas meilleur que les autres.

Ensuite c’est l’externe, c’est-à-dire tout ce qui concerne votre environnement : – Les opportunités : les éléments à saisir. – Les menaces : ce qui va changer dans votre environnement et vous impacter négativement.

Quantité

La liste figurant dans chaque case ne doit pas compter trop d’éléments, mais uniquement les 5 ou 6 éléments qui sont essentiels. , sous peine de ne pas être véritablement la « synthèse » attendue.

Hiérarchisation

Par ailleurs, les meilleurs rédacteurs de matrice SWOT s’attachent à hiérarchiser les éléments listés dans chaque case :

par tri croissant

Dans la case « Forces », les éléments sont classés par intensité de force décroissante : les plus forts en tête de liste
Dans la case « Faiblesses », les éléments présentant les faiblesses les plus importantes figurent en tête de liste.
De même dans les cases « Opportunités » et « Menaces ».

par tri visuel

De plus visuellement vous allez mettre en gras et plus gros les éléments les plus importants, et en plus petits les éléments qui ont moins d’importance. Ces deux ou trois éléments vous permettent de voir où il faut porter votre attention.

N’ayez pas peur d’avoir un SWOT déséquilibré, avec plus de forces que de faiblesses, plus de menaces que d’opportunités… c’est justement ce qui permet de montrer qu’une situation ne va pas.

Présentez votre SWOT

Si vous présentez un SWOT à l’oral, racontez une histoire : – Commencez par ce qui ne va pas, les Menaces (ex : les concurrents qui lancent une offre…). – Ensuite enchainez sur ce qu’il y a de bien avec les Opportunités (ex : c’est un marché rentable…). – Puis continuez sur ce qu’il vous manque en interne avec les faiblesses (ex : pas de trésorerie…). – Enfin finissez avec vos forces qui vous permettront de surmonter ce problème (ex : de la trésorerie…).

Le SWOT est important mais ce qui compte le plus, c’est le plan d’action. Donc ne vous attardez pas trop sur le SWOT mais sur la stratégie ou les actions à mettre en oeuvre.

De même le SWOT peut parfois aussi justifier le fait de rien faire, surtout si votre business plan n’est pas rentable…

Au final le SWOT est le meilleur outil d’analyse d’une situation afin de prendre les bonnes décisions : quels formations en japonais, etc.

Source : fr.wikipedia.org

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *