La légende de Momotaro [Chronique lecture]


Connaissez vous le conte de Momotaro ? Le petit garçon trouvé dans une pêche (momo en japonais). Dans tous les cas, voici une bonne occasion de le découvrir ou de le redécouvrir dans un bel album jeunesse des éditions Marmaille et compagnie.

Synopsis :

Au cas où vous (faible probabilité) ne connaîtriez pas Momotaro, l’un des contes japonais les plus connus au Japon et dans le monde, sachez qu’il s’agit de l’histoire d’un petit garçon trouvé et élevé par un couple de vieilles personnes en mal d’enfant et qui en grandissant devient fort et vigoureux. Au point de partir à la chasse au démon.

Auteur et édition :

de Margot Remy-Verdier (Auteur), Paul Echegoyen (Illustrations)

Éditeur : Marmaille et compagnie (18 mars 2016)

Mon avis :

Au niveau du scénario ou des personnages, pas de très grande surprise si vous connaissez le conte japonais original : Momotaro. Sinon ce sera une excellente occasion de le découvrir.

Étant un conte de tradition oral, la trame reste la même mais chaque conteur a sa version. Cette version-ci, un peu plus poétique, m’a bien plu.

Le texte

Poétique d’autant plus que les textes sont en rime. Ce qui donne au conte un air de poème ou plutôt d’une chanson de geste (avec des vrais rimes) racontant l’épopée d’un héros. Car Momotarô est effectivement un héros.

Voici un extrait du début du conte pour vous donner un aperçu :

Dans une rivière de la région d’Okayama,
une vieille femme lavait son linge et ses draps.
Voilà qu’un matin, pourtant très ordinaire,
portée par le courant farceur de la rivière,
une pêche énorme, charnue, rose, douce, hors du commun,
vient surgir entre ses deux mains.
Les deux moitiés se séparent enfin sur la table,
révélant au lieu du noyau une chose incroyable :
un minuscule petit garçon est assis là.
II se redresse, les époux le regardent, sans voix.

Ce n’est pas de la rime riche mais cela donne un certain effet amusant et plaisant à la lecture.

Ces textes en vers sont de Margot Remy-Verdier, une jeune professionnelle de la traduction pour le cinéma, passionnée par les contes et l’illustration depuis son enfance.

Elle a ainsi fait ses débuts dans le monde de l’album jeunesse avec un senpai de l’illustration : Paul Echegoyen. Ce grand fan des films du Studio Ghibli a comme Miyazaki une certaine affection pour l’imaginaire onirique, l’écologie et la nostalgie de l’enfance.

Ce duo a du apprécié de collaborer pour ce conte qui rassemble tout ce qu’ils affectionnent.

Les illustrations

Les illustrations sont plutôt jolies. J’ai juste tiqué à un moment sur le kitsuke d’un personnage. [mode puriste on] Le kitsuke est l’art de l’habillage et une des règles de bases est l’ordre des pans du kimono. Un des personnages porte son kimono à l’envers mais visiblement il s’agit, certainement, d’une couverture jetée sur les épaules. [mode puriste off]

Voici un extrait des illustrations

la_legende_de_momotaro_01

la_legende_de_momotaro_02

Bref en dehors de ça les deux auteurs ont fait un travail admirable mis en valeur dans un album de qualité au niveau de l’édition.

Mon appréciation personnel

Ce fut un grand plaisir que de redécouvrir Momotaro, et de le faire découvrir à ma petite dernière (5 ans), à travers les textes poétiques de Margot Remy-Verdier et les superbes illustrations de Paul Echegoyen.

Ma note :

kaoani-naruto-0316/20

Que découvre-t-on sur la culture japonaise :

  • Un conte traditionnel

Cet album jeunesse vous intéresse ?

Soutenez l’éditeur, les auteurs et ce blog en l’achetant dès maintenant sur notre partenaire Amazon :

La légende de Momotaro

Merci d’avance !

Peut-être avez vous lu, vous aussi, cet album. Qu’en avez vous pensé ?

保存

保存

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *