Kimi ga yo – l’hymne national japonais


Kimi ga yo (君が代) est le titre de l’hymne national du Japon.

君が代 s’adresse à l’empereur du Japon et peut se traduire par « Votre règne » en français.

Les paroles sont issus d’un waka, ancien style poétique japonais, d’auteur inconnu datant de l’époque de Heian (794–1185). La musique est de Hayashi Hiromori (1880).
Cet hymne a été adopté de facto, en 1880, et n’a été officialisé, de jure, que le 29 juin 1999.

Je vous invite à écouter la version instrumentale :

et maintenant la version instrumental et chant (enregistrement de 1930) :

Les paroles de l’hymne national japonais

Kanji

君が代は
千代に
八千代に
細石の
巌となりて
苔の生すまで

Hiragana

きみがよは
ちよに
やちよに
さざれいしの
いわおとなりて
こけのむすまで

Rōmaji

Kimi ga yo wa
Chiyo ni
yachiyo ni
Sazare ishi no
Iwao to narite
Koke no musu made

Sens des paroles en français

Puisse votre règne
Durer mille ans,
ou même huit-mille ans,
Jusqu’à ce que les pierres
Deviennent roches
Recouvertes de mousse.

Points vocabulaire et grammaire

君 – kimi – vous (devenu toi dans le langage courant)
が – ga – particule du sujet
代 – yo – Âge, génération
は – particule du thème (« en ce qui concerne »)

 君が代 – kimi ga yo – votre génération (ancienne façon de former le possessif, en japonais contemporain on dirait kimi no yo) 

千 – chi – 1000, mille
に – ni – particule d’adverbialisation
八 – ya – 8, huit

 八千 – yachi – 8000 (ancienne façon de prononcer les chiffres japonais. en japonais contemporain on dirait hassen; le chiffre huit représente aussi la multiplicité, une sorte d’infini) 

細 – sazare – ténu
石 – ishi – pierre
の – particule du sujet (de nos jours particule du déterminant)

 細石 – Sazare ishi – petite pierre, caillioux (de nos jours désigne un agglomérat de pierre lié naturellement par du calcaire) 

巌 – iwao – gros rocher dépassant de beaucoup du sol
と – particule
なりて – narite – (et) deviens (forme suspensive du verbe naru – devenir)

 巌となる – Iwao to naru – devenir une pierre (devenir XXX se disait XXX to naru en japonais ancien. En japonais contemporain on dirait XXX ni naru)  

苔 – koke – mousse (la plante)
生す – musu – pousser (en parlant des plantes,
まで – made – jusqu’à

Version en japonais « moderne » de l’hymne national japonais

Ma version :

我が国は – Notre pays
千年も – autant 1000 ans
八千年も – que 8000 ans
小石が –  (jusqu’à ce que) Les petites pierres
巌になって – deviennent roches
苔が生えるまで – recouvertes de mousse

La version de weblio.jp :

わが君は – Vous (l’empereur)
千年も – autant 1000 ans
八千年も- que 10000 ans
長生きしてください。- vivez longtemps s’il vous plaît.
小石が – (jusqu’à ce que) Les petites pierres
大きな岩となって – deviennent de grands rochers
苔が生えるまでも。- recouverts de mousse

Historique de l’hymne national japonais

Les paroles de ce waka sont apparues pour la première fois dans un recueil de poème, le Kokin Wakashū, comme un poème anonyme. Vers 1869, au tout début de l’ère Meiji, John William Fenton, un chef d’orchestre militaire en visite dans le pays recommanda à Iwao Ōyama, un officier du clan Satsuma, de choisir un hymne national pour le Japon, car le pays en était alors dépourvu. Ōyama approuva l’idée et choisit le waka pour les paroles du futur hymne.

Fenton composa ainsi une première mélodie pour l’hymne nippon mais celle-ci fut rapidement écartée car elle manquait de solennité. Une seconde version, définitive, fut composée par Hayashi Hiromori et jouée la première fois lors de l’anniversaire de l’empereur Meiji, le .

La partition de l’hymne national japonais

La partition de l'hymne national japonais

Anecdotes :

  • C’est le plus court des hymnes nationaux.
  • L’interprétation du texte a officiellement changé

D’hymne nationaliste pro-expansionniste il est devenue un hymne national prônant la paix et la prospérité.

« Le kimi auquel s’adresse le Kimi ga yo, dans le cadre de la constitution actuelle du Japon, indique l’empereur, qui est le symbole de l’État et de l’unité du peuple, qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside la volonté souveraine ; dans son ensemble, Kimi ga yo dépeint l’appartenance à notre pays, dont l’empereur – qui tient sa position de la volonté du peuple en qui réside la volonté souveraine – est le symbole et celui de l’unité du peuple ; et il est correct d’interpréter les mots de l’hymne comme une prière pour la prospérité et la paix durable de notre pays. »

Premier ministre Keizo Obuchi, 1999

  • Une officialisation tardive

Bien que joué depuis la restauration Meiji en tant qu’hymne national, et récité depuis des temps très anciens lors d’événements importants, Kimi ga yo n’est devenu officiellement l’hymne national du Japon que le , en même temps que le Hinomaru devenait le drapeau officiel du Japon.

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *