Idée d’exercice pour mémoriser les kanas avec des dés


Dans l’apprentissage des langues étrangères, une difficulté particulière vient quand pour apprendre la langue, vous avez également besoin d’apprendre une nouvelle écriture liée à cette langue.

En particulier, parce qu’une écriture se pratique à la fois en lecture ET en écriture.

C’est la raison pour laquelle il m’a toujours paru fondamental d’avoir des bons exercices d’écriture, qui fassent intervenir, non seulement le tracé du crayon, mais également le rappel de caractère à dessiner.

Pour cette raison, il me parait important d’éviter les lignes de répétition du même caractère, et plutôt d’utiliser des listes de caractères aléatoires.

Pour le japonais, en particulier, les caractères kana (hiragana et katakana) sont approximativement organisés en deux tableaux de 5 colonnes et de 10 lignes, ce qui nous permet de les tirer au hasard avec deux dés à 10 faces tels ceux que les rolistes utilisent.

de-10-faces-neutres-a-personnaliser

– achetez deux dés à 10 faces de grande taille (suffisamment pour pouvoir coller des petites étiquettes sur chaque face – on en trouve même dont les faces n’ont pas été marquées du tout) et des mini autocollants rond.

– Sur un jeu d’autocollants, écrivez les consonnes (-, k, s, t, n, h, m, y, r, w) que vous collez sur le premier dé, et

– sur un deuxième jeu, écrivez deux fois chaque voyelle, éventuellement sur des pastilles de deux couleurs différentes, ou bien une fois en majuscule et une fois en minuscule, et collez-les sur l’autre dé.

Lancez les deux dés, et écrivez le kana qui correspond, et si c’est un qui n’existe officiellement plus (par exemple ye ou wu), écrivez le kana correspondant à ‘n’ à la place. Si vous avez envie de travailler les deux groupes (Hiragana ET katakana) en même temps, vous pouvez choisir en fonction de la couleur de la pastille pour les voyelles (ou du style minuscule/Majuscule).

kana_dice

保存

保存


De Falmir Camion

Issu de la "génération Goldorak", Camion est amateur de cuisine japonaise depuis plus de 25 ans, et en tant qu'éternel étudiant, il a progressivement étendu son champ d'intérêt à la culture et à la langue, pour laquelle il développe occasionellement ses propres outils d'apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *