« HOME, SWEET NIP…HOME ! » DÉCOUVREZ LES DIFFÉRENTES MAISONS DU JAPON (DEUXIÈME PARTIE) :


一戸建て « IKKODATE » (いっこだて)
« LES MAISONS INDIVIDUELLES » (SUITE)

L’INTÉRIEUR DES MAISONS

À présent, poussons la porte et entrons dans ces maisons ! Tout d’abord, dès que l’on a ouvert la porte d’entrée, on tombe automatiquement sur le on tombe sur le « genkan » (玄関), littéralement la « Porte de la Connaissance Profonde », c’est-à-dire le « vestibule », l’endroit où l’on retire ses chaussures (eh oui, parce que dans une maison japonaise on se déchausse comme dans un temple, car c’est comme un lieu sacré et un honneur d’y pénétrer). En face, se trouve le couloir principal, qui parcourt toute la maison et donne accès à toutes les pièces. Ce couloir est recouvert d’un parquet en bois, les parquets en dalles n’existant tout simplement pas au Japon (sauf à l’entrée et dans la salle de bain). Sachez qu’il existe également un couloir secondaire, le « engawa » (縁側/掾側), que l’on peut retrouver dans des maisons beaucoup plus grandes, et qui parcourt une partie du périmètre extérieure de la maison qui donne directement accès au jardin.

LES CHAMBRES

Il en existent deux sorte au Japon : 1) les « washitsu » (和室), qui sont purement de type japonais et les « Yōshitsu » (洋室), de type occidental. Les premières sont caractérisées par leur sol en tatami. D’ailleurs, leur superficie se compte par rapport au nombre de tatami : une pièce de « 4-jō » signifie par exemple qu’elle a une surface équivalente à 4 tatamis. Ces « washitsu » peuvent posséder toutes sortes d’utilité au sein de la maison comme servir de pièce où dormir, de bureau ou d’espace où l’on met le « butsudan » (仏壇), un petit autel bouddhique pour prier les dieux ou Bouddha lui-même, pouvant servir à vénérer les ancêtres de la maison (voir article sur les « Dōsojin »). Une autre particularité de ces « pièces japonaises » est qu’elles possèdent des rangements et des armoires encastrés dans le mur, ce qui explique pourquoi on ne met que peu de meubles à l’intérieur. Enfin, toutes les chambres japonaises ont la particularité d’avoir des portes coulissantes, appelées « shōji » (障子), faites de bois et de papier pour les fenêtres. A ne pas confondre avec les « fusuma » (襖), qui sont aussi des portes coulissantes, mais ayant comme but précis de délimiter deux chambres qui se trouvent côte à côte.

On voit souvent le même type de schéma qui se répète dans les manga et anime de tout genre…

(D’après le site « Den Shift »)

Larkanj


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *