Exemple d’Ijime


L’ijime ou brimade en français est un phénomène grandissant dans les écoles japonaises ; on en parle peu, mais c’est l’équivalent de notre harcèlement. Victimes de rackets à l’école, de brimades, de menaces, verbales comme physiques, de coups, etc, beaucoup d’adolescents japonais à bout, finissent par se suicider.

Eh oui, tout n’est pas rose ou « kawai » au pays du soleil levant, loin s’en faut ; la faute à l’influence de plus en plus forte de l’occident ou tout simplement un mal-être du à notre société ?

Enquête sur un mal-être au pays du soleil levant à travers un exemple concret relaté par la chaîne de télévision nationale japonaise : la NHK.

Un japonais de 16 ans victime de ijime dans son école

 

Pour en savoir plus sur l’ijime (les brimades), je vous renvoie sur notre précédent article.

Voici un extrait de cet article :

Aujourd’hui, nous apprenons qu’une école japonaise provoque actuellement un scandale médiatique.

L’école en question a demandé à un élève qui a été torturé (brûlures de cigarettes sur le bras) à quitter l’établissement. La raison ? L’état de son bras sur lesquels sont les brûlures pouvaient déranger ses camarades de classe.

Un lycéen de 16 ans de la ville de Sendai (préfecture de Miyagi) était victime d’intimidation régulière par 4 camarades de classe à partir de Novembre 2011. Il fut régulièrement frappés et menacés. Les agresseurs justifient les brûlures en expliquant qu’il s’agissait d’une épreuve de courage.

Selon la mère de la victime, l’école a finalement traité l’incident le 3 Août 2012 avec les excuses des coupables. Mais l’école a également fait savoir à la mère qu’il serait mieux que le garçon abandonne l’école car ses cicatrices gênent ses camarades de classe.

C’est alors que la famille a décidé de signaler l’incident à la police et que l’enquête à débuté.

Ce fait divers crée de nouveau une polémique auprès des japonais rejetant la faute sur l’enseignement corrompu du pays. Le problème de l’ijime est un mal inhérent dans les écoles où même certains professeurs participent de manière passive. D’après  certains sociologues, c’est tout le système éducatif japonais qui est à revoir.

source : NHK, JCAST

Larkanj

保存

保存

保存

保存

保存


De larkanj

Dessinateur de BD et passionné de langue japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *