De l’importance de diversifier les méthodes


Si vous apprenez le japonais, si vous préparez le JLPT, se diversifier est une stratégie nécessaire.

Voici quelques pistes !

Varier vos supports d’apprentissage

Multipliez les sources en essayant de varier vos supports d’apprentissage. (Livres papier, livres numériques, applications, site web, etc)

Le must étant d’avoir un éventail d’outils traitant d’un même aspect de la langue. Par exemple pour les kanji : un manuel de kanji, une dictionnaire de kanji, une application sur les kanjis comme obenkyo ou un site web comme kanjivor.

Varier les thématiques

De même, vous pouvez aussi choisir de vous diversifier en traitant d’autres thématiques comme la grammaire, l’écriture, le vocabulaire, la compréhension écrite, la compréhension orale, les kanjis

Mais aussi la culture, les proverbes, les onomatopées (un vaste domaine en japonais, une langue qui use et abuse des onomatopées)

Varier les sources d’origine

Il existe des méthodes pour apprendre le japonais dans de nombreuses langues.

En français, vous trouverez pas mal de matériel éducatif (assimil, pocket, Larousse, etc)   Cependant ce n’est rien comparée à ce qu’il existe en japonais (JLPT, minna no nihongo, manuel scolaire jap, manga, etc) ou en anglais (pimsleur, etc)

Varier les méthodes didactiques

On peut apprendre seul en autodidacte ou apprendre avec quelqu’un. Classe de japonais, cours à domicile, cours à distance, cours par correspondance, etc.

Les méthodes didactiques sont variés et complémentaires.

Apprendre le japonais cela se fait mieux de façon activé (comme en autodidacte) plutôt que passive (cours). D’un côté, on va de soi même au devant de l’information, De l’autre on attend que l’information nous arrive.

Ces deux méthodes sont opposés mais en même temps se complètent.

Varier les contacts.

Cours seul ou en groupe,

Groupe d’échange sur facebook, etc

A mon avis, il est important de ne pas apprendre complètement seul. Car le japonais est avant tout un moyen de communication.

Vous pouvez chercher des cours en groupe, vous inscrire à des groupes de soutien sur Facebook, à des plateformes d’échange linguistique (lang8) ou chercher de correspondant japonais.

Souvent, une rencontre est une opportunité, comme ce fut mon cas avec Gilles FLORENT praticien de Shiatsu qui m’a invité à proposer mes cours à l’ex MJC de Montélimar devenue Montélimar jeunesse et culture.

 

 


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *