Chirashi-dori


Voici une des façons de jouer au karuta

Chirashi-dori

Un lecteur, plus de trois joueurs:

Le Chirashidori (散 ら し 取 り) est l’une des plus anciennes façon de jouer au karuta.Mélangez les torifuda, et les poser sur le sol. Les joueurs sont assis autour des cartes.

Les cartes de lecture sont mélangées et remis au lecteur. Le lecteur pioche un yomifuda et commence à lire le texte. Les joueurs prennent le torifuda correspondant aussi vite que possible et garde la carte près d’eux.

Quand un torifuda a été pris, le lecteur passe au yomifuda suivant.

Le jeu se termine lorsque la dernière carte a été prise. Le gagnant est celui qui détient le plus de cartes à la fin de la partie.

Mise en place :

1274px-Schematic_chirashidori_karuta.svg

Règles supplémentaires :

Si les joueurs ne trouvent pas la bonne carte à la première lecture, le terme recherché est donné ou répété. (exemple le kana recherché, la réponse si le yomifuda est une question ou le verset à chercher dans le cas des hyakunin isshu)

Si plusieurs joueurs atteignent pour la même carte en même temps celui qui a la main en dessous a le droit de prendre la carte.

On peut décider de mettre en place des sanctions, si une mauvaise carte est prise (cet événement est appelé Otetsuki (お 手 つ き))

Chirashidori inversé

Dans cette variante, les yomifuda sont disposées à la place des torifuda,

Le but du jeu est de reconnaître le yomifuda par rapport au contenu du torifuda associé.

Le gagnant comme dans le jeu ordinaire, est celui qui a le plus de cartes.

Une autre particularité est due au fait que la carte de lecture, les poèmes sont écrits avec des kanji – contrairement à la Torifuda tenu que dans Kana -,

Cette variante, idéale pour un jeu que les joueurs maîtrisent bien d’habitude, s’accompagne, généralement, d’une confusion fréquente et inattendue.

Crédits :

保存

保存


De Mikael Plasse

Mikaël est le fondateur et le rédacteur en chef du blog j'aime le Japon et du blog apprendre le Japonais. Après plusieurs années d'études en langue japonaise en autodidacte ou à l'Université, il a eu envie de partager sa passion et son expérience avec les francophones intéressés par l'apprentissage ou l'enseignement du japonais. Mon profil google plus : Mikael Plasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *