Les Kanji: qu’est-ce que c’est et quand les utiliser en japonais

Le japonais, langue plaisante du pays du soleil levant. Certains la considèrent, sans doute à juste titre, comme une langue difficile à apprendre. Car si vous ne le savez pas déjà, le japonais est constitué de trois systèmes d’écriture différents, les Hiraganas, les Katakana et les Kanji qui comportent à eux seuls plus de 6000 caractères. Mais rassurez vous, tout comme ses locuteurs, la langue japonaise est très bien organisée et chacun de ses systèmes à une utilisation spécifique. Nous allons donc nous intéresser au Kanji et à la manière dont ils sont utilisé.

Les Kanji, tout un programme

Les Kanji sont à la base des caractères empruntés à l’écriture chinoise. En effet, jusqu’aux environs du 5e siècle, la langue japonaise n’était qu’orale et la forme écrite n’existait pas. Les Japonais se sont alors tournés vers leurs voisins, les chinois, et leur ont emprunté leur système d’écriture. Ils ont donc repris les mêmes caractères, mais ont associé leur mot japonais à chaque symbole. Avec le temps, de nombreux Kanji sont apparus et on en dénombre maintenant plus de 6000, avec une bonne partie se retrouvant à la fois dans le système d’écriture chinois et japonais.

À la différence des Hiraganas et des Katakanas, les Kanji ne servent pas à écrire des sons. Chaque Kanji est en fait associé à une ou plusieurs significations. Oui vous avez bien lu: une ou plusieurs significations! Et ça ne s’arrête pas là puisque chaque Kanji ou presque possède plusieurs prononciations et peut souvent s’associer à un autre Kanji pour former un mot complet. Alors comment s’y retrouve-t-on ?

Fort heureusement, il est possible de décomposer un Kanji en plusieurs morceaux qu’on appelle des clés. Ces clés une fois trouvées vont permettre de déverrouiller la signification ou la lecture du Kanji permettant ainsi d’accéder au sens du mot. Par exemple le Kanji “好” (prononcez le suki) est composé de 2 clés : celle de la femme “女” et celle de l’enfant “子”, ce qui lui donne le sens d’aimer en reprenant l’amour maternel comme symbole. Mais, me direz-vous, puisque les Japonais possèdent un alphabet pour écrire la phonétique pourquoi ne s’en servent-ils pas pour écrire simplement les mots ?

Quelle utilité pour tous ces traits sur le papier ?

Il est vrai qu’écrire les mots en phonétiques grâce aux Hiragana pourrait sembler plus simple. Plus besoin d’apprendre un nombre immense de Kanji, la lecture est plus facile, plus besoin de se creuser la tête pour déchiffrer un Kanji… Les avantages semblent nombreux. Une partie de la réponse tient pourtant dans le système même de l’écriture japonaise. En effet, ce système d’écriture ne contient pas d’espace. Les mots sont donc mis sans transition les uns à la suite des autres et le fait d’utiliser les Kanji permet de les séparer.

De plus, les sons étant plus limités que dans la langue française, les Kanji permettent de différencier des homonymes. Les Kanji permettent alors de simplifier grandement la lecture et la compréhension d’une phrase. Il y a un autre avantage à utiliser les Kanji : c’est qu’ils permettent (après une certaine habitude), de lire plus rapidement et de discerner le sens de Kanji inconnu en analysant simplement les clés et comment elles sont agencées. Les Japonais les utilisent donc naturellement lorsqu’ils écrivent et, rassurez-vous, ils n’ont pas besoin d’apprendre les plus de 6000 Kanji que l’on retrouve en japonais puisque seulement un peu moins de 2000 sont couramment utilisés.

Mais ce n’est pas là la seule utilisation des Kanji par les Japonais. Ces Kanji sont en effet repris dans l’art traditionnel de la calligraphie. Appelé shodô, cet art vieux de plusieurs centaines d’années consiste à tracer des Kanjis sur du papier à l’aide d’un pinceau. Pour les Japonais, le shodô est autant une forme d’art, qu’un mode de vie, utilisé pour apaiser l’esprit. Et franchement, quelle meilleure utilisation peut-on faire de ce système d’écriture à la fois pratique et complexe ? Vous pourrez d’ailleurs en apprendre davantage sur la voie de l’écriture en cliquant ici.

En résumé les Kanji sont une des formes d’écritures japonaises exprimant une idée ou un concept grâce à un symbole. Bien que complexe, leur utilisation facilite la lecture et l’écriture du japonais en différenciant les homonymes et permettant une séparation simple des mots sans utiliser d’espace. De plus ce système d’écriture a donné naissance et est utilisé dans une forme d’art populaire et, il faut le dire, donne vraiment des œuvres plaisantes à regarder.